Economie inversée

Economie inversée

 

L’économie inversée du partage génère un art de vivre

 

Voilà une règle de Vie incontournable, le partage est fondamental pour le plaisir et le bonheur. Je peux passer une journée agréable seul, tranquille, mais si je la partage avec ma compagne elle est transformée. Je peux prendre mon apéritif face au coucher de soleil, c’est vraiment joli ; le partager avec des amis, c’est du bonheur, de la joie et une bonne rigolade. Et les réunions de famille où nous nous retrouvons autour d’un bon repas préparé avec amour… Dans ce partage de bons moments il se passe une économie « à l’envers », plus chacun en prend plus il y en a pour tous, le plaisir des uns augmente le plaisir des autres.

Un ami, jeune retraité, me racontait sa participation à une association où il donnait une après-midi par semaine à des handicapés mentaux pour faire avec eux leurs activités simples du quotidien. Le soir il n’était pas fatigué, ni stressé mais plein et heureux, « nourri » dit-il par ces échanges et partages, ces émotions vécues ensemble.

Cultiver un jardin en permaculture et se nourrir de sa petite production, en donner car il y en a toujours trop au moment de la récolte, est d’une qualité de travail, de santé, de découverte, de sérénité générée par une action simple.
Il y aurait des milliers d’exemples à donner, à chacun de se rendre disponible à des sollicitations pouvant permettre d’exprimer des potentiels pour partager nos richesses humaines différentes et complémentaires.

Dans la pratique pour avoir du quantitatif nous devons acheter, facile si l’on a de l’argent, nous sommes dans une attitude passive. Pour avoir cette qualité de « niveau de Vie » il faut s’y engager, donner son temps et son énergie, nous sommes dans une attitude active, d’échange, de don et de recevoir. Nous allons alors diminuer nos dépenses financières et recevoir de l’immatériel : de l’harmonie, de la joie et du bonheur. Une « décroissance heureuse », non, pardon ! « Un niveau de vie évolué ».