Philosophie vécue

Philosophie vécue

 

Une philosophie vivante du vivant

 

« L’objectif de cette philosophie de la Vie est de développer une réflexion sur ce vaste sujet de la Vie. Il manque des mots, des concepts, une philosophie pour en parler directement. Les intellectuels parlent de l’Homme, dans une société faite par eux et pour eux. La pensée humaine reste centrée sur elle-même et c’est bien normal, entre hommes nous nous racontons nos histoires de communauté. La Vie est à l’extérieur du cercle, elle le déborde de partout et elle est insaisissable avec nos mots, notre raison, notre pensée.
Je ne chercherai pas non plus à en donner une définition, ce serait trop restrictif, ce serait diminuer sa grandeur (…).

Cette philosophie n’est pas théorique, elle s’inscrit dans notre présent, personnel et communautaire. Le respect de la Vie aujourd’hui est un enjeu majeur, nous lui portons atteinte dans tous les domaines et en cela nous ne respectons pas notre propre vie, l’avenir restera incertain si nous continuons dans la voie du tout économique où la Vie n’a aucune valeur.

Nous allons nous observer à partir d’une position où la Vie, universelle sur notre planète Terre, n’est pas la propriété exclusive de l’Homme. Cette position nous offrira alors un regard extérieur sur notre humanité et nos sociétés, nous en verrons ses lacunes, ses erreurs d’évaluation, ses folies… un peu comme des extras terrestres nous regarderaient : « C’est quoi ces animaux ? Pourquoi s’isolent-ils du mouvement général du vivant ? Où croient-ils aller ? Pour qui se prennent-ils ? »
Il devient essentiel de trouver de nouvelles manières de vivre, de construire de nouvelles relations, de retrouver l’alliance avec toutes les autres vies de la planète. Il ne s’agit pas d’un combat contre notre société, mais de tenter un changement de paradigme, un autre système de valeur.

Je crois que le paradis perdu existe encore, il est seulement perdu. »