Nouveau

Le Pays où vont mourir les Rêves tome 6

En stock

20,00
Le prix inclut la TVA


Extrait :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     
"- Je me suis battu parce qu’il disait que ces cerises étaient à tout le monde, vu que c’est le soleil qui les fait murir et que le soleil c’est comme la mer, ils sont à personne ! avoua Hubert.
- Peu importe ce qu’il a dit ! hurla Madame Amélie qui maintenant était très remontée contre son garçon et qui en avait les larmes aux yeux ! Se battre pour si peu de choses est indigne ! J’ai honte de toi !
- Madame ! C’est pas de sa faute, se mit à crier Joseph pour se faire entendre, c’est moi qui lui a balancé une torgnole ! Et même qu’avant qu’il réponde j’y en avais balancé une autre et que je l’avais mis par terre !
- Non ! C’est moi qui l’ai provoqué ! objecta Hubert, je l’ai traité de sale voleur !
- Peut-être mais j’aurais dû me sauver sans vouloir te faire voir que c’était moi le plus fort et que tu me faisais pas peur ! C’est tout de ma faute si on s’est battus, Madame ! Il faut pas punir vot’ fils !"
 
 
Ainsi, dans l’enfance, est née l’amitié entre Joseph Callac et Hubert Franquin. Les épreuves de la guerre, l’affrontement politique ou les chagrins n’y font rien, près de soixante années ont passé, mais en dépit de tout ce qui aurait pu séparer l’ancien militant communiste et le fils de bourgeois fidèle du général de Gaulle, la vieille fraternité demeure. 
 
Avec cette sixième époque de la saga « Le Pays où vont mourir les rêves », Olivier Cojan achève son récit de l’histoire du XXème siècle à travers la vie de ses héros, Joseph Callac et Hubert Franquin.
 
Les premiers volumes ont été publiés par Pocket sous les titres « Le pays où vont mourir les rêves. 1898-1919. Une amitié des bancs de l’école communale à l’horreur des tranchées » puis « Le pays où les rêves prennent vie. 1935-1945. Une amitié d’une après-guerre à l’autre.» 
 
« Ce roman est une perle qui joint à l’érudition la qualité de l’écriture »
A. D.
 
Parcourir également ces catégories : ROMANS, ROMANS HISTORIQUES, Nouveautés, Page d'accueil